Le projet

La coopération entre la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) et l’université de Caen (laboratoire HisTeMé, ex-CHRQ) est ancienne. Depuis plus de vingt ans, en effet, l’équipe de recherche installée au sein du Service historique de la Défense à Caen, recense les déportés de France et mène à leur sujet des études permettant de mieux cerner la répression menée durant ces « années noires ». Soucieuses de renforcer leur partenariat, et de poursuivre de nouveaux projets, elles ont décidé de s’engager dans la réalisation d’un dictionnaire des victimes du nazisme en Normandie.

Un projet inédit

Si des initiatives similaires ont été menées pour certains départements, c’est la première fois qu’une telle réalisation est tentée à l’échelle d’une région entière.
Son originalité tient aussi à la diversité des acteurs régionaux réunis pour mener à bien cette entreprise : les associations de mémoire, les archives départementales, les universités de Caen et de Rouen et leurs laboratoires de recherche, les Offices départementaux des anciens combattants, et des collectivités territoriales.Pour autant, le projet ne s’enferme pas à l’intérieur des frontières normandes puisqu’il bénéficie aussi de l’appui d’institutions, d’associations et de fondations reconnues sur le plan national et international.

Un triple objectif

► mémoriel : rendre hommage aux hommes, femmes et enfants tombés sous les balles allemandes ou morts dans les geôles normandes au travers de notices biographiques illustrées de photos pour redonner à chacun un visage.

► historique : mieux connaître ces victimes et les politiques répressives mises en œuvre à leur encontre par l’occupant pendant cette période qui a si tragiquement marqué la Normandie.

► l’ouvrage se veut enfin un outil pédagogique précieux pour les professeurs et les élèves des établissements scolaires normands.

Cinq catégories de victimes prises en compte

  • les déportés de répression et les déportés juifs qu’ils aient ou non survécu à leur déportation, y compris ceux évadés ou décédés lors du transport.
  • les personnes fusillées à la suite d’une condamnation à mort ou d’une désignation comme otage à exécuter au titre de représailles
  • les personnes massacrées et victimes d’exécutions sommaires, en particulier lors de la Bataille de Normandie
  • les résistants morts « en action » (abattus lors d’un engagement avec l’ennemi, d’une mission ou d’une tentative d’évasion)
  • les internés morts sous la torture, par suicide ou de maladie

Sont donc retenues les victimes qui étaient :

  • domiciliés en Normandie et y ont été  arrêtées
  • domiciliés en Normandie mais arrêtées ou exécutées ailleurs (résistants en mission ou partis pour une autre région, réfractaires au STO ou Juifs en fuite, etc.)
  • originaires d’autres régions, mais arrêtées (résistants en mission, réfugiés…) ou exécutés (cas des otages fusillés, notamment) en Normandie

Quelle que soit leur nationalité et quel que soit le motif de leur arrestation (y compris pour une infraction de droit commun).

Près de 5 500 victimes déjà recensées

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search