LE 16 AVRIL 1923, naissait Didier Billon, déporté de l’Eure. Il est arrêté à Bordeaux, le 21 avril 1943

La notice a été rédigée par Émilie Rimbot, Professeure d’histoire-géographie et enseignement moral et civique, collège Grémillon à Saint-Clair-sur-Elle (Manche)

Né le 16 avril 1923 à Tourny (Eure) ; domicilié à Gisors (Eure) ; déporté le 25 juin 1943 à Buchenwald ; disparu à Lublin.

Didier Billon exerce la profession de jockey et vit chez ses parents rue de Flavacourt à Gisors. En janvier 1941, il rejoint son entraîneur William Manby, réfugié à Nice en zone non-occupée et continue à exercer son métier. Mais l’invasion du sud de la France le 8 novembre 1942 et la convocation de Didier Billon au STO poussent les deux hommes à quitter Nice en mars 1943. Ils se fondent dans la capitale, à Paris où ils ont rendez-vous avec un passeur qui doit les aider à rejoindre l’Angleterre via l’Espagne.
Le 20 avril, Didier Billon et son entraîneur partent pour Bordeaux mais ils sont interpellés par la police allemande dans un café près de la gare Saint-Jean. Le passeur les a dénoncés. Interné au fort bordelais du Hâ, le jeune homme est transféré le 19 juin 1943 au camp de rassemblement de Compiègne (mle 15 770).
Dès le 25 juin, il est déporté dans le cadre de l’opération Meerschaum sous le motif Wollte s. England, c’est-à-dire : « voulait rejoindre l’Angleterre ». Le convoi massif emporte près de mille détenus vers Buchenwald, comme les sept suivants au départ de Compiègne jusqu’en janvier 1944. Didier Billon est immatriculé 14 472. Dès le 9 juillet, il est transféré à Peenemünde et affecté au montage des fusées A4-V2 au Kommando de Karlshagen (mle 4 601). Suite au bombardement allié de l’usine dans la nuit du 17 août 1943, la production est déplacée vers un site souterrain, la colline du Kohnstein, où deux tunnels ont été creusés avant-guerre pour enfouir des stocks d’hydrocarbures. C’est ainsi que le Kommando de Dora, dépendant de Buchenwald, est créé. Didier Billon est donc une seconde fois envoyé dans ce KL le 14 octobre 1943. Il y reçoit un nouveau matricule, 22 867, qu’il conserve à Dora où il arrive le jour même. 
C’est de là qu’il écrit les dernières nouvelles à sa famille le 14 décembre 1943. Selon un compagnon, Didier Billon est versé dans un Kommando extérieur, puis affecté au ramassage des détritus dans l’usine souterraine. Sa santé s’altère, il entre au Revier gravement malade des poumons. Le 15 janvier 1944, il subit un transfert vers le camp mouroir de Lublin. Didier Billon disparaît à l’âge de 20 ans. 
Son nom est apposé sur la plaque commémorative des Gisorsiens victimes de la guerre en 1939-1945.

Sources : Arolsen, SHD-Caen : AC 21 P 425 885, SHD-Vincennes : 16P60427; Le livre des 9000 déportés de France à Mittelbau-Dora, p. 198.

Émilie Rimbot



Citer ce billet
Françoise Passera (2023, 19 avril). LE 16 AVRIL 1923, naissait Didier Billon, déporté de l’Eure. Il est arrêté à Bordeaux, le 21 avril 1943. Dictionnaire des victimes du nazisme en Normandie. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nm2x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search